Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

conseil d'alsace, ou la confusion générale – § 12

À qui le tour ? On attend maintenant que le conseil municipal de Colmar, troisième ville d’Alsace fasse valoir ses droits sur les "institutions" qui vont suivre l’établissement de ce fameux conseil unique qui prend des allures de pièce de boulevard, avec les arrivées successives des protagonistes qui du placard, qui de la porte dérobée, on attend plus que l’infortuné !
C’est arrivé lundi 17 décembre 2012, à Mulhouse, quand la seconde ville d’Alsace a voté, à l’unanimité, sa juste place dans la distribution des rôles de la mauvaise pièce concoctée par un Boulanger mal inspiré. Cela nous renvoie évidemment aux deux votes, également à l’unanimité, des conseils strasbourgeois, municipal et communautaire, ceux qui s’étaient prononcés quelques jours plus tôt pour ci se déclarant quelques jours plus tard pour ça. Il est maintenant possible que l’agglomération mulhousienne, dite "Mulhouse Alsace Agglomération" envoie un signal fort, comme ils jargonnent, en votant, à l’unanimité, que ceci ou cela doit impérativement avoir son siège dans la cité du Bollwerk. Tout ça bien entendu alors que Haguenau se mette à revendiquer telle gratification au motif qu’elle est la quatrième ville d’Alsace, et ainsi de suite. Y aura-t-il assez de trônes pour tous ces prétendants, c’est manifestement la question que le Boulanger n’avait pas imaginée lorsqu’il s’est lancé, imprudemment, dans ce qui risque de lui être une conduite de Grenoble.
Or donc, Les quatre groupes du conseil municipal mulhousien, toutes opinions confondues, ont adopté une motion revendiquant une répartition harmonieuse des services et des centres de décisions sur l’ensemble du territoire régional, et pour Mulhouse, l’implantation de pôles d’attractivité et de directions thématiques et opérationnelles. Donnant ensuite raison à Monsieur P. Bies qui qualifiait la négociation menée par le Boulanger dans son "groupe de travail" de chaotique, le conseil municipal, pourtant de droite, et aux ordres d’un homme de droite, qui a rejoint la droite au temps de l’ancien président de droite, estime indispensable l’organisation, avant le referendum, de débats démocratiques ! Cela vaut naturellement démenti à toutes les assertions selon lesquelles la concertation a été ouverte, transparente, et tutti quanti.
Comme on le voit, c’est la plus grande confusion qui commence à s’installer alors que l’on n’en est pas encore à ces cérémonies de vœux qui vont être instrumentalisées par le Boulanger pour faire campagne en faveur d’une part du vote, et d’autre part du oui. La messe n’est peut-être pas entièrement dite.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article